L'entorse du doigt

entorse-doigt

Il s’agit d’une pathologie extrêmement fréquente, généralement dans le cadre d’un accident sportif. Les patients qui viennent consulter pour une entorse de doigt, on suivit les indications thérapeutique : attelle pendant 15 jours pour permettre la cicatrisation, puis un travail de mobilisation pour avoir aucune séquelle fonctionnelle, mais malheureusement ils ont toujours une douleur, avec une certaines raideur. C'est à ce moment là que j'interviens, même s'il aurait été plus judicieux de me contacter dès réception des clichés radiographique pour ne plus souffrir de cette entorse et ne pas perdre de temps. Je ne soigne pas les fractures mais je traite les douleurs de doigt liées à l'entorse et j'aide votre doigt à retrouver sa mobilité.
Le mécanisme le plus fréquent est le retournement « à l'envers » des doigts lors des sports de balle comme le volley-ball, le basket-ball, le hand-ball ou le rugby.
Le doigt le plus souvent traumatisé est l’annulaire, mais tous les doigts peuvent être atteints.

Le patient entend parfois un craquement ou un claquement au niveau du doigt. Le gonflement du doigt est très rapide au niveau de l’articulation interphalangienne proximale. Les douleurs sont violentes lors de la mobilisation du doigt.

Il faut réaliser une radiographie du doigt pour savoir s'il y a une atteinte plus sévère qu’une entorse à savoir une luxation du doigt -l’articulation n’est plus en place- ou une fracture du doigt.
Il est fréquent de retrouver sur la radiographie un petit arrachement osseux à la base de la deuxième phalange correspondant à un arrachement ligamentaire et donc témoin d’une entorse.
Ce petit arrachement osseux est à tord appelé fracture de la deuxième phalange, par la plupart des médecins. Ce petit arrachement osseux correspond à la désinsertion d’un ligament puissant qu’on appelle la plaque palmaire, qu’il faut traiter comme une entorse. Toutefois, si la taille de ce fragment est très volumineux, il s’agit alors d’une fracture et le traitement est différent de celui de l’entorse. Il faut donc consulter rapidement un chirurgien de la main pour faire la différence entre un arrachement osseux ligamentaire et une fracture de la base de la phalange.
Il n’est pas nécessaire de réaliser d’autres examens complémentaires dans le cadre d’une entorse du doigt.

Le gonflement de l’articulation est parfois séquellaire et définitif. Il n’y a malheureusement pas de traitement efficace pour diminuer le gonflement articulaire qui est lié dans un premier temps à l’œdème dû au traumatisme, et qui est remplacé rapidement par une cicatrice ligamentaire plus épaisse donnant au doigt un aspect assez gonflé caractéristique.


La partie la plus importante du traitement est vraisemblablement la rééducation puisque la séquelle principale de ce genre de traumatisme est la raideur en cas d’immobilisation prolongée du doigt.